samedi 18 novembre 2017

Livre : "Le monde qui émerge" - Collectif, à l'initiative d'attac



Avantage de ce livre : il n’est pas centré que sur l’Europe, et sur les USA. Ce tour du monde qui émerge passe par l’Amérique latine, par l’éco féminisme des pays du sud. C’est salutaire.

Le lecteur croise l’écologie, avec la prise en compte par les indigènes de la « Terre-Mère », qui implique le respect de la nature sous tous ses aspects, pas seulement humains. La décroissance s’invite comme seule réelle alternative au productivisme et au consumérisme galopants. La réflexion sur les communs avance actuellement à grands pas comme alternative à l’étatisme centralisateur ou au libéralisme sauvage, pour conduire à la décentralisation et à l’autogestion.

Le « Vivir Bien », notion cultivée particulièrement en Amérique latine, est abordé. J’ai déjà lu plusieurs fois des articles sur ce sujet, et je ne suis convaincu que partiellement. Séquelles de ma culture occidentale ? J’ai du mal à percevoir une rupture radicale dans ce « Vivir Bien ». Et qui pourrait être contre ?

Les sociétés sont toujours patriarcales, et les luttes qui s’opposent à cette évidence quasiment planétaire viennent terminer ce voyage à travers un « monde qui émerge ». Il me reste, après ce livre, une impression mitigée. L’inventaire à la Prévert est certes bien étoffé. Et après ? Les ultra-riches ne lâcheront pas l’affaire facilement. Notre tâche est-elle de construire un autre monde, en opposition au libéralisme sauvage, au risque de scinder la planète en deux univers distincts, comme l’avait fait le monde « communiste » de l’URSS d’antan ? Pas sûr…

Le livre insiste sur le fait que ce monde qui émerge doit être construit à l’échelle de toute la planète. Bravo. La tâche reste immense. La prise de conscience avance. Lentement. Et la planète se réchauffe. Vite. attac a bien fait de nous livrer ces lignes. Et maintenant ? Tout reste à faire. Avec qui ? Contre qui ?

L'urgence écologique laissera-t-elle aux peuples le temps de « Vivir Bien ». Une nouvelle fois, pas sûr...







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire