lundi 20 février 2017

D'un mot à l'autre : "lean"


J’ai la chance, pour l’association dans laquelle je milite ( lien Observatoire des armements ), de découper chaque semaine dans « Les Échos » les articles qui concernent guerre, armements, sécurité, défense, etc. Ils sont ensuite archivés pour notre centre de documentation. Beaucoup trouveraient sans doute cela très rébarbatif. Á chacun ses passe-temps. Pour ma part, je n’ai aucun goût pour la chasse aux papillons, la collection de boîtes de camembert, le skate-surf ou la pêche à la crevette.
De la chance ? Si, si, je vous assure. Grâce à cet exercice physique et intellectuel (observation, lecture, réflexion, ciseaux, rangement), j’ai aussi le bonheur de m’initier au langage des « Échos », au langage du management, des chefs d’entreprise, de la finance.
Un titre m’attire : « Thales convertit les ingénieurs au lean » (article paru le 23 / 05 / 2016).
Diable. Je ne connais pas cette religion. Rassurez-vous, après lecture de l’article, je n’aurai guère mieux compris… Je lis attentivement cette prose. Thales, c’est, pour partie, l’armement. Ça concerne bien mon champ d’investigation.
Je vous fais une liste de mots rencontrés :

lean / lean ingenierie / démarche « lean » / Institut Lean de France 
causes racines des problèmes identifiés en production
            coach (bien entendu ; comment vivre sans coach ?)
            management (c’est bien la moindre des choses dans Les Échos)
            pour implémenter sa méthode
            faire le focus
            les marketeurs
            la fameuse « Obeya »
            les états d’esprit – le fameux mindset –
           
Voilà.
Ne me faites pas le coup des mots, des phrases, sortis de leur contexte. Le contexte, c’est le verbiage managérial pour que Thales gagne plus d’argent. Point à la ligne.
            Trois dernières salves (de mots, rassurez-vous…) :
            « L’Obeya (grande salle en japonais) est une pratique lean de management visuel. C’est une sorte de hub de décision ».
            « Le lean est difficile à mettre en œuvre car c’est un voyage sans fin consistant à ne jamais se satisfaire de la performance obtenue. »
            « Le déploiement du lean ingénierie n’est pas achevé chez Thales. »
           
Le lean ingénierie n'est pas achevé chez Thales ?
            Comment survivre à un tel laisser-aller ?
           
PS : pour les curieux, si vous tapez « Thales convertit les ingénieurs au lean » sur votre moteur de recherche, vous tombez sur l’article. Vous pourrez ainsi vérifier que ce jargon n’est pas sorti du cerveau de lignesenstock. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire