mardi 4 octobre 2016

Film : "Nocturama" - Bertrand Bonello


          Film glaçant. Au début, des jeunes très affairés parcourent Paris, le métro, le ministère de l’intérieur. Peu de paroles. Seule l’horloge s’affiche. Le temps s’égrène, et on sent qu’il va se passer quelque chose. Le spectateur a entendu parler du film, et il s’attend lui aussi au passage à l’acte.
Qui arrive. Féroce, efficace. Ce film devait s’appeler « Paris est une fête ». Après les attentats de novembre 2015 à Paris, Bertrand Bonello a changé le titre. Son film montre le terrorisme, pas le terrorisme islamique. Le terrorisme implacable de jeunes qui passent à l’action.
Film glaçant, disais-je. L’intensité sera à son comble, à la fin, lorsque la logique d’État s’applique avec les forces spéciales qui ne laissent aucune chance à quiconque. Laurent Bonello ne nous livre pas un film à thèse, pour ou contre. Il nous met devant le fait accompli. Les actes des terroristes, les actes des forces spéciales. Le spectateur se retrouve seul avec ces images choc, façon thriller américain.
Cela l’incite à la réflexion, sur le terrorisme, la violence, bien entendu. Et sur le consumérisme, sur les SDF. Les jeunes terroristes se planquent dans un grand magasin de Paris. Au fil de la nuit, ils ne peuvent se retenir, ils essayent les beaux costumes, ils boivent les meilleurs alcools, ils jouent, ils écoutent. La nuit est longue… Deux SDF seront de la fête.
Mais la fête n’en sera plus une, au petit matin.
Paris n’est plus une fête… Et de toute façon, la fête n’est jamais pour tout le monde…
Film glaçant, disais-je. Mais qui a le mérite de nous montrer vers quoi peut tendre une logique "jusqu’au boutiste". Certains penseront que, du coup, on est dans une impasse si l’on veut changer le monde. D’autres chercheront une autre voix. D’autres, sans doute les plus nombreux, ont depuis longtemps cessé de vouloir le changer, ce monde. Peut-être même n’y ont-ils jamais pensé.
Pourtant, il y a tellement à faire.
Ne serait-que pour inviter les SDF à la fête…





Avec Finnegan Oldfield, Vincent Riottiers, Hamza Meziani, Manal Issa, etc.  




 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire