jeudi 12 mai 2016

Livre : "Renaud Garcia présente Léon Tolstoï"



       Petit livre d’une série « Les précurseurs de la décroissance » qui m’attire l’œil régulièrement. J’ai lu « Guerre et paix » il y a longtemps. J’en ai d’ailleurs un bon souvenir de lecture. Mais ne m’en demandez pas plus.
            Tolstoï est un écrivain, un personnage qui m’attire. Mais j’ai un peu la flemme de me plonger dans son œuvre, très vaste, et que je ne sais pas trop par quel bout attraper. J’ai donc acheté ce petit livre, sous-titré « Léon Tolstoï contre le fantasme de toute-puissance ». Il est organisé par thèmes, avec présentation et commentaires de Renaud Garcia qui met en perspective les idées défendues par les décroissants, et les confronte, sur certains aspects, avec les écrits de Tolstoï. Suivent ensuite des extraits de textes de l’écrivain.
             Je ne suis pas convaincu que ce type d’ouvrage donne très envie de se plonger dans Tolstoï. Ni éclaire réellement plus sur la décroissance. Il me semble que Léon Tolstoï mérite mieux que ces quelques lignes qui consistent à nous persuader… à nous persuader de quoi ? Je ne sais pas trop, en définitive. Tolstoï est un immense écrivain, un immense bonhomme, un chrétien qui tente de mettre en application dans sa vie sa conception de la chrétienté : la non-violence (pas assez mise en avant dans ces lignes, à mon goût), la critique de l’idéologie du progrès, la critique de l’économie politique. Il abhorre la toute-puissance des maîtres, des possédants.
          Cela en fait-il pour autant un décroissant avant l’heure ? Peut-être. Tout comme certains parlent de lui comme anarchiste. Les non-violents en parlent comme non-violent. Et les chrétiens en parlent comme chrétien, bien sûr.
            Le vieux Léon, il en aurait dit quoi, de tout ça ?
          Il aurait souri, nous aurait regardé, et aurait (peut-être) dit : à quoi ça sert, ce gaspillage de papier ? Avec tout ce que j’ai écrit, z’avez qu’à me lire, au lieu d’écrire toutes ces lignes plus ou moins utiles sur moi.
            « Oui, maître… Mais aurai-je le temps ? »
Prenez le temps d'écouter, si vous avez le temps...

Je viens de recevoir ce matin (13 / 05) un lien en plein dans le sujet. Là encore, c'est un peu une histoire de temps. Prenez vingt minutes pour écouter un discours poétique, un discours de revendication intelligente, un discours intelligent, tout simplement. Ça existe... 

« Mon climat », discours de Jacques Gamblin, dans le cadre du Parlement sensible des écrivains, lors de la journée « Autrement le monde ? Poésies et écologies » - 28 novembre 2015 – Lieu unique, Nantes.

Une question me taraude : Tolstoï faisait-il de la bicyclette ? 


"Mon climat" - Jacques Gamblin










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire