lundi 29 février 2016

Film : "Les délices de Tokyo" - Naomi Kawase


On rentre dans ce film par la petite porte, la porte d’une échoppe où Sentaro confectionne et vend des dorayakis, petites pâtisseries fourrées d’une pâte aux haricots rouges confits. Puis, lentement entre en scène Tokue, vieille femme de 75 ans qui finit par convaincre Sentaro de l’embaucher. Les haricots rouges qu’elle confectionne sont divins, et la petite échoppe connaît enfin le succès. Puis, le doute va s’installer chez les clients. Le doute sur cette femme, Tokue, trop vieille pour travailler ; et surtout, marquée par la maladie.
Tokue a un secret, Sentaro aussi. Avec finesse et délicatesse, Naomi Kawase nous balade dans cette belle histoire. Ce film nous conte le Japon, le rejet, l’exclusion. Sur la fin, le film prend un tour grave, mais le spectateur n’est pas indisposé. Il prend une belle leçon de vie, une leçon de vie en grande partie dictée par… les haricots ! Si bien écoutés et compris par Tokue.
Belle leçon aussi de la part de Sentaro, toujours très doux avec la vieille femme. Il n’aura de cesse, avec une jeune étudiante, Wakana, de tout faire pour l’aider, alors qu’elle est rejetée hors du monde.
Une grande poésie se dégage de ce film. Les cerisiers en fleurs y sont pour quelque chose. Mais il n’y a pas que cela. Il y a la poésie de la douceur.
La douceur des dorayakis, d’une vieille femme, d’une jeune étudiante, d’un cuisinier sensible. Plus la douceur d’une belle histoire.






Avec Kirin Kiki, Masatoshi Nagase, Kyara Uchida, Miyoko Asada, etc.


L'objet du délice : les Dorayakis




 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire