dimanche 6 décembre 2015

Théâtre : "Bettencourt Boulevard ou une histoire de France - Michel Vinaver



            L’affaire Bettencourt.
Vous savez, cette affaire où l’on croise des riches (très très…), des enveloppes distribuées un peu partout (enfin, presque ; j’attends toujours…), des traîtres qui enregistrent à l’insu de votre plein gré, un profiteur d’une dame qui vieillit, qui ne sait plus trop ce qu’elle doit faire de sa richesse, une fille qui veut protéger cette dame vieillissante (ou sa fortune). On croise aussi quelques ministres, un ancien président de la république. Du beau monde, quoi !
Dans cette pièce écrite par Michel Vinaver, Sarkozy est Sarkozy, Éric Woerth est Éric Woerth, et chaque personnage est nommé clairement. Pas d’ambiguïté. L’auteur nous emmène dans l’histoire de l’Oréal, fondée par le père de Liliane Bettencourt (Eugène Schueller, inventeur génial, et membre d’un mouvement d’extrême-droite collabo pendant la deuxième guerre mondiale, le MSR).
Bref, une histoire de France, comme le dit le titre de la pièce. Une certaine France, celle des grandes familles, des grandes fortunes, ancrées dans l’argent, dans la tradition, dans la Droite traditionnelle, éternelle… Christian Schiaretti a visiblement pris beaucoup de plaisir pour la mise en scène. Les acteurs jouent sobrement leurs personnages, ce qui est une performance, car la sobriété n’est pas le mot qui convient à cette affaire Bettencourt…
30 scénettes se succèdent, dans un ordre qui n’est pas chronologique, mais qui permet au spectateur de s’imprégner de l’esprit de cette " histoire de France ". Ces scénettes sont animées par un jeu de panneaux colorés, au milieu d’un décor simple. Un chroniqueur aide le spectateur à se retrouver dans les méandres d’une affaire et d’une histoire complexes. Cela donne un excellent moment de théâtre, vivant, contemporain.
Pas réellement un théâtre documentaire, pas vraiment non plus un théâtre militant.
Un théâtre qui sait montrer, simplement, la vie qui passe.
La vie de certaines gens…. 



Si, si, c'est bien lui... Gaston Richard

Le chroniqueur (Clément Carabédian), magnétophone en main...
 
Pour en savoir plus sur la pièce, deux liens  :

Christian Schiaretti parle de la pièce sur FR 3  

Michel Vinaver sur TV 5 Monde

Mise en scène : Christian Schiaretti
Production Théâtre National Populaire
Avec
Francine Bergé — Liliane Bettencourt, fille d’Eugène Schueller, mère de Françoise
Stéphane Bernard — Pascal Bonnefoy, majordome d’André Bettencourt
Clément Carabédian — Chroniqueur
Jérôme Deschamps — Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt
Philippe Dusigne — André Bettencourt, mari de Liliane et père de Françoise, ancien ministre ; ombre
Didier Flamand — François-Marie Banier
Christine Gagnieux — Françoise Bettencourt Meyers, fille de Liliane et André Bettencourt
Damien Gouy — Neuropsychiatre ; ombre
Clémence Longy — Dominique Gaspard, femme de chambre de Liliane Bettencourt
Élizabeth Macocco — Claire Thibout, comptable de Liliane Bettencourt
Clément Morinière — Éric Woerth, ministre du Budget, maire de Chantilly, président du Premier Cercle
Nathalie Ortega — Florence Woerth, femme d’Éric Woerth
Gaston Richard — Nicolas Sarkozy
Juliette Rizoud — Joëlle Lebon, femme de chambre de Liliane Bettencourt
Julien Tiphaine — Lindsay Owens-Jones, P.-D.G de l’Oréal
——
avec la participation de :
Bruno Abraham-Kremer — voix du Rabbin Robert Meyers
Michel Aumont — voix de Eugène Schueller, fondateur de l‘Oréal
Dimitri Mager et Pierre Pietri — danseurs
… et Bacchia — Toto


Pour compléter votre enquête sur les riches, une belle étude sociologique de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, mise en image par Marion Montaigne :

 







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire