samedi 22 septembre 2018

Livre : "Petit manuel de résistance contemporaine" - Cyril Dion


Dans ma résistance contemporaine à la loi du marché, je deviens de plus en plus assidu à la bibliothèque de Villeurbanne. J’ai trouvé ce bouquin de Cyril Dion, paru il y a peu.

Cyril Dion est le réalisateur, avec Mélanie Laurent, du film « Demain ». Il est aussi membre du mouvement Colibris, de la revue Kaizen. Bref, il a quelque chose à dire sur l’écologie, un des aspects de la « résistance contemporaine ». 

« Récits et stratégies pour transformer le monde », a-t-il ajouté en sous-titre. La stratégie des petits pas en est une, qu’il décrit à merveille dans son film « Demain », et dans ce livre. Je pense que, de toute façon, l’écologie n’a pas le choix, et doit se résigner à cette stratégie. Nous sommes pour l’instant minoritaires, et la force n’est pas de notre côté. Les ZAD et autres résistances de par le monde ont bien du mal à perdurer. Tant que le militarisme et la militarisation seront les deux mamelles des sociétés, il en sera ainsi.

Un mot m’a gêné, dans ce sous-titre, et dans le livre : récit. L'auteur parsème son texte de ce mot. Il lui semble indispensable de « créer un récit ». Certes, c’est contre le récit d’une société capitaliste et productiviste que nous devons lutter. Mais notre but n’est certainement pas de créer un « contre-récit ». Notre but est tout simplement de renouer avec la coopération, la solidarité. Entre les humains, avec la nature, avec les animaux. En refusant toutes les incitations à la compétition de tous contre tous que le libéralisme tente de nous imposer jour après jour.

Ce mot récit est souvent associé au mot fiction. Dans la dernière page, à quelques lignes de la fin : « En transformant notre fiction individuelle, nous proposons à ceux qui nous entourent le ferment d’un récit collectif ». On peut évidemment me rétorquer que cette phrase est sortie de son contexte. Certes. Le contexte, c’est une fin du bouquin sur les sacro-saintes incantations obligatoires en ces temps modernes : bienveillance / méditation.

Pour moi, ce n’est pas une fiction de constater que tout est fait actuellement pour que l’individu se retrouve seul responsable des malheurs du monde. Et de ses propres malheurs. Il doit donc se réparer par la méditation, avec bienveillance...  

Fiction – Récit – Je trouve dommage de réduire les luttes écologistes à ces mots, certes à la mode, mais bien mollassons comme réplique à l’urgence de la réponse écologique à apporter. Pendant ces récits, ces fictions, le temps s’écoule, inexorablement. S’il ne nous reste que la méditation, le réchauffement a de beaux jours devant lui. Et la bienveillance ne sera bientôt qu’un doux souvenir…


mardi 18 septembre 2018

Livre : "Une canaille et demie" - Iain Levison


Sur les étagères de la maison du livre, de l’image et du son de Villeurbanne, un « Iain Levison » que je n’avais pas lu. Chic ! C’est un de ses premiers.

Bon moment de lecture, comme toujours. Avec tout l’humour des situations que sait créer cet auteur. Un prof légèrement pronazi, mais pas trop. Un agent du FBI qui s’ennuie dans les bureaux, et se souvient au cours d’une courte virée sur le terrain, que l’on peut de temps à autre s’éclater dans la vie.  Plus un braqueur de banque, ex-taulard, dangereux, qui se retrouve dans le sous-sol du prof plus ou moins nazillon, et surtout très porté sur les jeunes filles….

Un polar simple, sympa, parfois surprenant. Avec une fin plus ou moins morale.

Mais c’est quoi, au fait, la morale, quand on s’appelle Iain Levison ? J’aime le flou entretenu par cet écrivain sur les valeurs d’une société qui étale au grand jour une éthique, elle aussi, bien souvent floue.


Autres livres de Iain Levison sur lignesenstock :

Un petit boulot  
(trouvé sans traverser la rue ?)

Trois hommes, deux chiens et une langouste

Tribulations d'un précaire 
(à lire absolument avant de traverser la rue pour trouver un boulot)